>>, Interview>Régiment de cavalerie de la Garde Républicaine Française

Régiment de cavalerie de la Garde Républicaine Française

Régiment de cavalerie de la Garde Républicaine Française

Ce régiment compte 560 militaires et civils, dont environ 40 femmes.

 

Interview du Colonel Alain PULIGNY

Il est présenté par le Colonel Alain PULIGNY qui le commande depuis 2012. Ce régiment compte 560 militaires et civils, dont environ 40 femmes. Il s’agit de la dernière unité montée à cheval de l’armée française et probablement de la plus grande formation montée au monde.

Garde Républicaine du Domaine de Chambord  © Adjudant David Mendiboure, Garde Républicaine

Garde Républicaine du Domaine de Chambord © Adjudant David Mendiboure, Garde Républicaine

Féminisation du régiment à 28%

Jumelé par une charte avec les régiments montés britannique (household Cavalry) et italien (Carabinieri), le régiment de cavalerie entretient également des relations privilégiées avec la Garde rouge sénégalaise. Notre régiment se compose aujourd’hui de trois escadrons de marche et d’un escadron hors-rang comprenant la fanfare de cavalerie et l’antenne vétérinaire. Au total le régiment comprend 541 personnels. (19 officiers, 408 sous-officiers, 8 sous-officiers du corps de soutien, 94 gendarmes adjoints volontaires et 12 personnels civils). Le taux de féminisation des militaires du régiment est supérieur à 28 %.

Les chevaux  du régiment de la Cavalerie

Salon-du-Cheval 2015-Pauline-Ferriere -Régiment de cavalerie de la Garde Républicaine Française

Pauline Ferrière – Maréchal des Logis Chef au sein du 2e peloton du 2e escadron

Les 460 chevaux, hongres et juments, dont 95% de race « Selle Français », sont tous répartis par robes. Le 1er escadron et la fanfare sont remontés en alezans (basés au Quartier des Célestins, dans le IVe arrondissement parisien). Le 2e escadron en bais. Et le 3e escadron en bais foncés (basés au Quartier Carnot, dans le Bois de Vincennes). Seuls les chevaux des timbaliers de la fanfare, désormais de race Percheronne, et les trois chevaux de l’étendard sont gris.

Des missions Internationales

 

La-Garde-Republicaine

© Adjudant David Mendiboure, Garde Républicaine

Reconnu comme la force équestre projetable du ministère de l’intérieur, notre régiment réalise près de 12 000 patrouilles par an (dont pas moins de 3400 dans le seul Paris). Les cavaliers s’imposent facilement auprès de la population grâce à la sympathie naturelle dégagée par le cheval. De plus, le fait d’être en hauteur permet au cavalier de voir et d’être vu, d’impressionner, de filtrer, de rejoindre et de barrer la route si nécessaire, plus facilement qu’une force à pied. Les chevaux sont souvent utilisés pour la surveillance de zones difficiles d’accès, la recherche de personnes disparues. Mais aussi la surveillance des aires de stationnement des gens du voyage, pendant les grands sommets (comme le G8 ou le G20) ou encore pour la surveillance des migrants comme à Calais. 24 chevaux sont toujours prêts à être projetés en urgence sur tout point du territoire.

Un modèle pour d’autres pays

En dehors des missions saisonnières de surveillance, notre expertise en intervention professionnelle est notamment très appréciée. Outre la formation des cavaliers des polices municipales, nous avons des partenariats dans le domaine de la formation des cavaliers (comme avec le Quatar et la Jordanie). Mais aussi dans le domaine du débourrage des chevaux (avec la nouvelle gendarmerie Mexicaine).
J’ai également pu me rendre en Colombie il y a trois ans pour présenter l’ensemble des aspects opérationnels de l’action de police à cheval en France. Cela m’a notamment permis de rendre attentif à la dimension «ressources humaines et logistique» que soulève ce modèle. Et c’est notre modèle français que les Colombiens ont adopté.

Une belle retraite pour les chevaux

La Garde RépublicaineLe projet Barokia de présentation de nos formations spéciales a pour but d’aider l’Association Lyne Guéroult. En effet, cette association reconnue d’utilité publique depuis 1992, prend en charge nos chevaux retraités. C’est-à-dire soit ceux qui sont devenus inaptes au service, soit ceux qui ont atteint la limite d’âge. Grâce à cette association, nos chevaux profitent maintenant d’une retraite bien méritée après leurs années au service de la République.

La fondation Lyne Guéroult

La fondation Lyne Guéroult est située au Coty Briard sur un domaine d’un peu plus de 16 hectares. Je dois dire que nos gardes sont vraiment contents de savoir leur ancien compagnon de travail dans un environnement très satisfaisant. En effet un garde du régiment de cavalerie passe en moyenne 15 ans avec le même cheval et il s’agit pour lui d’un compagnon bien plus que d’un simple outil de travail. Dans l’idée on peut dire que nos chevaux actifs préparent leur propre retraite.

Bien sûr nous-mêmes n’organisons pas de spectacle mais puisque un tel projet nous a été proposé, c’est avec plaisir que nous y participons.

Colonel Alain PULIGNY

Commandant le régiment de cavalerie de la Garde républicaine

By |2016-12-12T23:09:15+00:00décembre 12th, 2016|Institutions Célébres, Interview|0 Comments

About the Author:

Catégories d’événements

Archives des événements

Calendrier des événements

décembre 2018

News

Articles Récents

News Archives

Aller à la barre d’outils